Cette douloureuse phrase de Margaux, c’est mon cœur de maman qui a été touché pour la première fois.

Ce soir, je sors du contenu habituel du blog avec le cœur lourd et triste, pour un article écrit à chaud mais dont j’ai besoin. Ce soir ma nièce dort à la maison, pour faire plaisir à Margaux et à moi-même puisque je l’adore et j’aime l’avoir à la maison pour une nuit de temps en temps. Cela se passe toujours bien, elles jouent toutes les deux et Margaux est toujours heureuse de recevoir sa cousine d’amour.

Mais aujourd’hui, elle est fatiguée. Elle manque de sommeil et est d’une humeur désagréable, elle chouine pas mal et n’est pas contente. Elle est si fatiguée en cette fin d’après-midi, qu’elle a presque du mal à tolérer la présence de sa cousine. Ça ne fait rien, elle ira coucher de bonne heure.

Jade a très envie d’aller au bain, elle sait que Margaux a des crayons de bain pour dessiner sur le carrelage mural et elle veut juste s’amuser et les essayer.

Mais seulement, voilà, Margaux est fatiguée… Elle rechigne à aller dans l’eau, elle boude puis pleure. Elle commence à beaucoup pleurer, de fatigue et ne veut pas rester dans l’eau sans non plus vouloir en sortir.

Et puis, il y a eu cette phrase, et même ces phrases au milieu de ses pleurs de colère :  » Je veux ma maman », « je veux aller chez ma maman Jade, pas toi ! », « ce n’est pas ma tata, c’est ma maman ». Ça n’a fait qu’un tour dans ma tête et surtout dans mon cœur, mes quelques larmes ont tout de suite coulé.

Ce n’est pas grave en soi, mais ça m’a vraiment blessé. J’ai pris un revers, mon premier, par ma fille de même pas 3 ans. C’est la toute première fois qu’elle me blesse, et je sais maintenant ce que peut ressentir une maman blessée.

Certes, ce n’est pas grand chose, c’est vrai elle est petite et oui elle était en plaine colère et ne pense pas ce qu’elle disait. Mais toujours est-il que ça fait mal.

Je pense avoir pris ma première claque. Ça va passer, je ne peux pas lui en tenir rigueur mais cela me fait toutefois rebondir sur quelque chose.

Je l’aime de tout mon cœur, c’est mon sang mais je dois aussi penser à moi. Arrêter de trop m’oublier et ne me voir qu’à travers elle. Après tout, que j’en fasse trop ou pas assez, elle tiendra encore ce genre de propos dans un autre moment de colère. Je ne veux pas être une maman différente par rapport à ce que je fais avec elle ou pour elle car j’adore ça et je suis naturelle. Mais je veux aussi prendre soi de moi et davantage m’écouter, parce que je le mérite et que j’y ai droit. C’est ce petit « incident » qui me fait prendre conscience des choses et me rappelle que je suis avant tout : femme.

Brouillon mais apaisant et finalement peut être pas si hors-sujet, après tout…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s